1. Maison
  2. /
  3. TREND REPORT SPRING 2020

TENDANCES DE LA SAISON/ 
Printemps 2020

Arabesque végétal/ L’hommage se répercute dans les détails ouvragés des vêtements. Des empiècements aux formes de fougères et de feuillages ornent les cols et les poignets. Plastron, épaulette, jabot, bijou… Ils s’apposent discrètement, ton sur ton, ou s’imposent, contrastants, en format surdimensionné. Les surpiqures se transforment en nervures. Elles semblent indiquer les dénivelés d’un atlas végétal, magnifique cartographie d’un paysage dans lequel on se perdrait volontiers. C’est un bouquet de verdure et son ombre. C’est la théorie et la poésie en une seule proposition.

Volume of Blooms/ Les lignes des silhouettes, tantôt précises, tantôt floues, sont également un hymne à la nature. Certains drapés cannelés rappellent la délicatesse d’une corolle juste avant qu’elle ne se déploie. Il y a quelque chose d’instinctif dans les volumes, comme s’ils se tournaient vers une source de lumière pour mieux l’absorber, ou comme s’ils s’accrochaient, tel un lierre, aux surfaces et aux angles inattendus qui leur sont proposés. Tout est léger, même les étoffes les plus denses et opaques. Les robes et les vestes se portent comme un souffle.

Herbarium/ Ce jardin donne naissance à deux imprimés botaniques. Le premier suggère une gerbe de fleurs décimées par la brise. Refusant d’être domptées, elles ont préféré se répandre, rebelles, comme autant de points fuchsias sur un tableau infini d’herbe et de mousse. Le second a quelque chose d’encyclopédique avec ses dessins en noir et blanc.

Dévoiler d’une brume/ On dirait une radiographie tentant de saisir le secret de la structure des plantes pour s’en inspirer avec toujours plus de minutie et d’exactitude. L’œuvre de milliers de printemps passée aux rayons X.

Phosphorescence/ La palette de la saison est composée de contradictions rafraîchissantes. Un beige sable noyé de gris brouillard côtoie un bleu cobalt et un corail néon aux pigments saturés. Deux teintes de vert apparaissent en alternance, l’une conifère, l’autre menthe. Les classiques demeurent : pêche, chantilly, fusain. L’heure n’est pas à la déclinaison, mais au choc des couleurs.