1. Maison
  2. /
  3. Elles nous parlent: Dis-maman

Elles nous parlent / Dis-Maman

[Marie] Bonjour et Bienvenue à Elles nous parlent, Édition Dis-Maman.
Avec les années, le temps s’échappe et nos enfants grandissent soudainement. Pourquoi ne pas
les redécouvrir et s’ouvrir à eux en partageant nos accomplissements et nos souvenirs de
maman.

[Etienne] Dis-maman, que pensais-tu vouloir faire dans la vie pendant ton enfance?
[Marie] J’ai toujours su que je serais quelqu’un qui serait dans le design, dans les Arts. Je savais aussi
que j’allais travailler pour moi-même, donc j’étais une entrepreneure déjà étant très jeune.

[Etienne] Qui as-tu admiré quand tu étais plus jeune? Qui admires-tu maintenant?
[Marie] Aujourd’hui, j’admire mes enfants évidemment. En fait, j’admire tous les gens qui réussissent à
vivre de leur passion. Quand j’étais jeune, j’admirais les artistes qui m’entouraient à la maison,
j’admirais ma maman qui avait un goût exquis et qui faisait beaucoup avec peu, j’admirais aussi
mon père qui travaillait fort étant médecin accompli. Puis, évidemment, près de nous il y avait
Riopelle, qui est vraiment une source d’inspiration pour moi, un libre penseur, quelqu’un qui a
réussi à vivre de son Art.

[Etienne] Quel est l'un de tes premiers souvenirs liés à la mode?
[Marie] Ma mère qui débarque de Paris avec des valises remplies de vêtements. À l’époque elle
s’habillait en Courrèges, ensuite elle a choisi les japonais, tel que Yohji Yamamoto. Alors c’est
vraiment ma mère qui m’a montrée les matières techniques, puisque Courrèges était quelqu’un
qui utilisait des matières extrêmement innovatrices. Regarder les coutures et comment le
vêtement était fait, explorer les matières et leur poids, ce sont vraiment mes premiers
souvenirs. Ma mère défaisait ses valises lorsqu’elle arrivait d’Europe, et c’était pour moi une
vraie joie.

[Etienne] Quel défi t’a marqué profondément pendant ta carrière? Comment l’as-tu surmonté?
[Marie] Je pense que le plus grand défi pour quelqu’un est premièrement de vivre de sa passion et de
rester franc à son style. Mais, je dirais également que pour les femmes, c’est clair que l’idée
d’avoir des enfants et une carrière accomplie est un défi en soi. Cela se fait définitivement, mais
il y du tiraillement. J’espère que j’ai réussi. J’ai 2 beaux enfants, donc j’espère qu’ils ont trouvé
que j’étais assez présente, même si ce n’était pas nécessairement en quantité mais en qualité.
Le défi est vraiment de jongler les 2 rôles prépondérants de ma vie, celui de maman et celui de
femme d’affaire.

[Etienne] Maternité, qu’est-ce que cela signifie pour toi?
[Marie] J’ai tellement aimé ce temps-là de ma vie. J’avais l’impression que j’étais extrêmement nourri de
l’intérieur puisque j’étais très créative lorsque j’étais enceinte. Ça a été de beaux moments et
j’ai vraiment aimé toutes les étapes de la maternité. Celle que j’ai trouvé la plus difficile c’est
l’adolescence, évidemment, surtout avec toi (Rires partagés entre Marie et Etienne), mais j’ai
vraiment adoré toutes les étapes de la maternité et de la gestation. Bon, l’accouchement n’est
pas facile non plus, mais ce sont des moments marquants et des accomplissements incroyables.

[Etienne] Est-ce que le rôle de mère a influencé ton processus de création/parcours professionnel?
[Marie] C’est sûr! Mon mari voyageait beaucoup, tu sais ton papa était souvent en voyage d’affaire donc
j’ai dû jongler avec ces 2 paramètres là. Mes enfants m’inspiraient beaucoup aussi à travers le
jeu, à travers la bonne humeur. C’était deux enfants qui étaient toujours de bonne humeur et
surtout très créatifs. On a beaucoup dessiné ensemble, et on a beaucoup créé. Etienne dessinait
des robes pour des Bratz lorsqu’elle était plus jeune, et ultérieurement nous avons eu un
contrat avec Bratz pour dessiner des collections, donc on s’est beaucoup amusé à faire toutes
sortes de choses artistiques. On prenait énormément de temps pour jouer ensemble et je
trouvais cela extrêmement stimulant.

[Etienne] Quelle est ta définition de la féminité? Est-ce que cette signification a changé au cours de ta
vie?

[Marie] Non pas vraiment. Pour moi la féminité est vraiment la balance que l’on désire dans sa vie. En
fait, c’est de trouver l’équilibre entre masculinité et féminité, puisque je pense que nous avons
tous ces deux pôles au fond de nous. On n’est pas que féminine, on est également masculine.
Personnellement, j’ai toujours été une ambassadrice des femmes. J’aime les femmes, j’aime les
femmes qui s’accomplissent, et je me sens proche des femmes. Même si les relations sont
parfois difficiles, je crois que les femmes ont beaucoup de choses à faire avancer, beaucoup de
choses à changer, beaucoup à faire évoluer autour de nous et dans nos parcours personnels et
professionnels, ainsi que dans notre rôle de mère. C’est un défi…mais j’aime les défis!

[Etienne] Quels conseils donnerais-tu à la jeune Marie de 20 ans?
[Marie] De suivre son intuition, encore plus que je ne l’ai fait. De ne pas avoir peur, parce que lorsque
l’on à 20 ans, même si on n’est pas peureux, on a tout de même des restrictions. On n’a pas
toujours confiance en soi aussi, donc peut-être que l’on s’arrête sur des choses, mais il faut
continuer d’avancer. Avancer, avancer, avancer…

[Etienne] Je trouve ça vraiment inspirant comme conseils maman. Tu sais, j’ai aussi eu le plaisir de te
regarder évoluer en tant que créatrice. Tu m’as appris que l’acceptation du changement est
importante, et non seulement qu’il faut passer au travers, mais qu’il faut le rechercher et se
l’approprier, et en tirer le maximum d’expériences. Pour moi, c’est quelque chose qui me sert à
tous les jours. Être en mesure de pouvoir s’adapter au changement est quelque chose
d’extrêmement difficile, surtout de nos jours. Nous avons nos routines et nos actions
quotidiennes, mais j’ai apprécié qu’en grandissant, on essayait toujours de trouver de nouvelles
façons de pratiquer celles-ci. Je me souviens par exemple du chemin que l’on prenait pour se
rendre au travail, même si c’était une marche de 5 minutes, on prenait toujours une route
différente pour si rendre. Je pense que ces expériences ont définitivement joués un rôle
important dans ma personnalité d’aujourd’hui et dans ma capacité de m’adapter aux étapes de
ma vie.

[Marie] Je suis ravie parce que parfois le changement peut être perturbateur pour les enfants. Chez
nous c’était constant, mais je trouve que c’est important d’offrir des visions différentes et de
s’accorder le temps de regarder les choses avec différentes lunettes. Mon travail c’est
exactement ça, c’est micro/macro, on prend un autre chemin, essayons autre chose. Je crois
qu’il ne faut pas se satisfaire du confort, du préétabli et de la routine. Je suis contente que cela a
développé ton sens de l’aventure aujourd’hui. Tu es quelqu’un qui aime l’aventure, qui prend
des risques. Dans ces changements multiples, on a déménagé plus d’une quinzaine de fois
depuis ta naissance, changer d’amis, changer d’école, changer de quartier, changer de maison,
changer de chambre (Rires)... Mais je pense qu’on l’a fait justement pour s’assurer qu’on ne soit
pas dans un petit confort trop douillet et qu’on est toujours cette envie d’aventure.

[Etienne]
Merci d’être un modèle de motivation et de persévérance.
Merci pour ta vision inclusive de la féminité d’aujourd’hui.
Merci maman, tout simplement.